Thunderbird Partnership Foundation

Alcool

Il est important de nous rappeler de notre relation avec la culture et de notre but dans la vie. Notre corps est un vaisseau pour notre esprit qui doit être protégé contre les toxines comme l’alcool. L’alcool et les autres drogues peuvent nuire au travail de notre esprit. Les personnes éprouvant du bien-être gardent espoir, connaissent leur place dans notre monde, comprennent que leur vie a un sens, et ont un but unique et précis dans la vie.

 

Les personnes qui choisissent de consommer de l’alcool pourraient bénéficier des conseils suivants.

 

  • Sachez combien de consommations vous prenez régulièrement.
  • Choisissez des consommations contenant moins d’alcool (bière par rapport au vin, ou vin par rapport au spiritueux).
  • Diluez vos consommations à l’aide d’eau ou de jus ou alternez-les avec de l’eau ou des jus.
  • Répartissez vos consommations pour réduire les beuveries et le sevrage.
  • Réduisez lentement le nombre de consommations chaque jour.
  • Si vous buvez beaucoup, il peut être dangereux d’arrêter ou de réduire votre consommation trop rapidement.
  • Prenez une pause de consommation d’alcool après avoir réduit lentement la quantité que vous buvez.
  • Envisagez de demander une ordonnance pour soulager les symptômes de sevrage.
  • Demandez à quelqu’un en qui vous avez confiance de contrôler votre approvisionnement en alcool.
  • Si vous voulez réduire votre consommation d’alcool, fixez-vous un objectif en réfléchissant à votre consommation actuelle et à celle que vous souhaitez maintenir.
  • Espacez vos consommations.
  • Mettez de côté la quantité nécessaire pour vous sentir bien pendant la journée.
  • Tenez un journal pour faire un suivi de chaque consommation.
  • Ralentissez votre consommation si vous vous enivrez rapidement ou consommez plus que d’habitude.
  • Ne partagez pas vos consommations ou verres afin d’éviter de propager la COVID-19.
  • Intégrez les modèles des Premières Nations pour gérer les problèmes de consommation de substances et la guérison.
  • Respectez les traumatismes intergénérationnels.
  • Évitez d’interdire l’alcool puisqu’une interdiction pourrait engendrer la consommation d’autres substances potentiellement plus nocives.
  • Acceptez le fait que les gens continueront de consommer de l’alcool et d’autres drogues.
  • Comprenez que la violence peut se produire avec ou sans la consommation d’alcool.

 

Abstinence et changement

La longue histoire de consommation d’alcool dans les communautés des Premières Nations a montré que la dépendance peut entraîner de mauvais résultats pour la santé, une déconnexion de la famille et d’autres problèmes qui représentent des risques pour le bien-être et le mieux-être en général (CCMEMPN). Les personnes qui consomment de l’alcool peuvent développer une dépendance qui les met en danger, elles et les autres.

 

Le traitement de l’abus d’alcool a montré que l’abstinence a bien fonctionné pour plusieurs. Les personnes décident d’arrêter et peuvent s’engager ou non dans des formes de traitement qui les aident et les soutiennent dans leur décision d’arrêter de boire.

 

Conseils pour des interventions brèves relatives à l’abus d’alcool

  • Soyez conscient de la situation, écoutez et démontrez de l’empathie.
  • Ayez une connaissance générale de la consommation d’alcool.
  • Acceptez les motifs de consommation d’alcool sans porter de jugement.
  • Renseignez-vous sur les risques de la COVID-19.
  • Envisagez de gérer la consommation d’alcool pendant la pandémie de la
    COVID-19.
  • Évitez d’exiger un engagement à long terme, comme réduire la consommation d’alcool pendant la pandémie ou viser l’abstinence.
  • Respectez le droit des personnes de planifier leur propre parcours de guérison.

 

Exemples de médicaments pour gérer le sevrage

  • Médicaments sans benzodiazépine, comme la gabapentine, la carbamazépine ou la clonidine, pour gérer les faibles risques de graves complications du sevrage d’alcool (à domicile)
  • Programme de traitement à la benzodiazépine sous étroite surveillance (soins d’urgence au besoin) en établissement
  • Naltrexone ou acamprosate pour soutenir les objectifs de traitement établis par les patients adultes (réduction ou abstinence)

Comments are now closed.