Thunderbird Partnership Foundation

Outils pour les fournisseurs de services

Système de gestion de l’information sur les toxicomanies

Le Système de gestion de l’information sur les toxicomanies (SGIT) est une base de données nationale sur la gestion des cas qui a d’abord été lancée en 2014 par les centres de traitement offrant le Programme national de lutte contre l’abus de l’alcool et des drogues chez les Autochtones (PNLAADA) et le Programme sur l’abus de solvants chez les jeunes (YSAP).

Le SGIT recueille des données probantes qui peuvent être utilisées pour guider les soins aux clients, démontrer les forces du PNLAADA et du YSAP, et appuyer les initiatives de recherche au fil du temps.

Le SGIT a été créé pour répondre à un besoin soulevé par les centres de traitement autochtones afin de disposer d’un système d’information moderne qui permet d’améliorer la collecte et l’analyse de données ainsi que la reddition de comptes. Les centres de traitement offrant le PNLAADA estiment que le Système d’information sur l’abus de substances (SIAS) dont certains se servent encore est désuet. Le SIAS, qui est en place depuis 1994, n’est pas en mesure de répondre aux besoins émergents en matière de données ni de fournir le genre de données analytiques dont les centres de traitement ont besoin pour fournir des soins optimaux aux clients et rendre compte facilement de leurs activités et réalisations.

Avantages d’utiliser le SGIT

  • Simplifie les admissions (un seul formulaire)
  • Génère un consentement automatisé
  • Consigne séparément les remarques pour chaque cas
  • Permet de faire un suivi des périodes de traitement
  • Mobilise les clients en faisant un suivi des évaluations
  • Fournit une autorisation pour transférer le dossier d’un client
  • Établit une base nationale de données probantes pour le PNLAADA et le Programme national de lutte contre l’abus de solvants chez les jeunes
  • Soutient les initiatives de recherche

Autres avantages

  • Les renseignements sont stockés dans une seule base de données sécurisée.
  • Des rapports peuvent être produits sur le bien-être des groupes et des personnes.
  • La gestion et le mouvement des dossiers sont facilités.
  • Les centres de traitement obtiennent ainsi les bonnes informations afin d’examiner leur programme et leur impact sur les clients.
  • Les dossiers peuvent être partagés par voie électronique.
  • Le processus d’aiguillage est automatisé.
  • Le consentement éclairé est automatisé.

Évaluation du mieux-être des Autochtones

L’outil Évaluation du mieux-être des Autochtones est le premier instrument du genre à mesurer l’effet des interventions culturelles sur le mieux-être d’une personne, selon une perspective fondée sur les forces et la personne dans son intégralité. Il est validé sur le plan statistique et psychométrique en tant que mesure fiable de l’évolution du mieux‑être au fil du temps, dans l’ensemble des genres, des groupes d’âge et des cultures. La Thunderbird Partnership Foundation offre l’Évaluation du mieux-être aux communautés, aux organisations et aux centres de traitement qui fournissent aux Autochtones des programmes et des services axés sur la culture afin d’évaluer l’impact de la culture sur le mieux-être.

L’évaluation est née du projet de recherche Honorer nos forces : La culture comme intervention dans le traitement des toxicomanies élaboré par une équipe de chercheurs autochtones et non autochtones de partout au Canada, d’Aînés, de gardiens du savoir autochtone, de praticiens de la culture, de fournisseurs de services et de décideurs.

Qui utilise l’outil?

De plus en plus de communautés des Premières Nations et d’organisations autochtones se tournent vers l’Évaluation du mieux-être des Autochtones pour soutenir des stratégies de mieux-être individuelles et communautaires qui sont ancrées dans le savoir autochtone et les façons d’être.

L’Évaluation du mieux-être est le seul outil en son genre à mesurer l’effet des interventions culturelles sur le mieux-être au fil du temps. Elle comprend une série de questions sur trois périodes différentes et vise à évaluer la relation des gens avec la culture, une évaluation s’harmonisant avec les quatre objectifs du mieux-être, soit l’espoir, l’appartenance, le sens et le but, comme l’établit le Cadre du mieux-être des Autochtones.

Comment fonctionne l’outil?

L’Évaluation est réalisée au début, au milieu et à la fin d’un programme de mieux-être dans le cadre duquel les interventions culturelles sont facilitées. Les interventions culturelles peuvent inclure des programmes linguistiques, des discussions avec un Aîné ou un gardien du savoir, la participation à des cérémonies, et du temps passé sur la terre ou dans sa patrie.

L’Évaluation a surtout été utilisée par les centres de traitement des Premières Nations du Canada depuis son lancement en 2015. Cependant, de plus en plus de communautés des Premières Nations la considèrent comme un outil important pour recueillir les données probantes nécessaires pour soutenir les programmes culturels de leurs stratégies de mieux-être communautaire, ainsi que des données pour étayer des demandes de financement pour des programmes de mieux-être culturel.

Témoignages

L’organisme communautaire Athlohsa Family Healing Services de London, en Ontario, s’est d’ailleurs tourné vers l’Évaluation du mieux-être. « Nous espérons pouvoir souligner l’importance de la culture dans nos programmes, a déclaré le directeur général de l’organisme Ray Deleary. L’Évaluation du mieux-être nous offre les données probantes dont nous avons besoin sur l’importance des programmes culturels pour soutenir le mieux-être des clients, ainsi qu’offrir d’importantes options de traitement aux clients. »

Pour en savoir plus

Les organisations et communautés des Premières Nations qui facilitent les liens culturels pour les clients et les membres de leur communauté peuvent utiliser gratuitement l’Évaluation du mieux-être.

Pour savoir comment votre communauté peut commencer à utiliser l’Évaluation du mieux-être des Autochtones, communiquez avec nous à l’adresse info@thunderbirdpf.org ou visitez le site thunderbirdpf.org.

Comments are now closed.